Valsez maintenant !

4 questions à...
29/11/2017
4 questions à...
         

Valsez maintenant ! fait se rencontrer deux jeunes pianistes talentueux : Guillaume Coppola et Thomas Enhco. A la croisée des langages et des expressions, ce programme au cœur de la danse revisite les valses de Brahms, Chopin, Chostakovitch… toutes transcrites pour chœur et piano 4 mains par le brillant Bruno Fontaine. 4 mains, 4 questions… Guillaume Coppola et Thomas Enhco reviennent sur leur future collaboration avec Spirito.

Comment avez-vous choisi les Valses de Chopin qui viennent compléter ce programme construit autour de Liebesliedrwalzer de Brahms ?
Guillaume Coppola : J’ai choisi trois valses de Chopin parmi mes préférées : dans la nostalgique opus 64 n°2, les trois temps deviennent tournoiement de fumée, souvenir évaporé; l’opus 70 n°2, d’une apparente simplicité, révèle une fragilité et une sensibilité à fleur de peau; et dans l’opus 18 on retrouve la joie de danser, le piano se fait virtuose et brillant. Dans chacune, élégance et raffinement dominent !

Vous avez l’habitude d’interpréter des programmes de piano à 4 mains ; que vous apporte une collaboration avec le pianiste de jazz Thomas Enhco ?
Guillaume Coppola : En art, tous les échanges sont fructueux, chaque rencontre, chaque dialogue peut être source d’enrichissement. Thomas a un parcours différent du mien, je me réjouis de l’éclairage nouveau que sa vision peut apporter à ma propre réflexion.

Ce programme mêle musique classique et improvisations jazz. Comment passez-vous d’un univers à l’autre ?
Thomas Enhco : J'ai eu la chance d'être élevé dans le classique et le jazz en même temps, et j'ai toujours aimé naviguer d'un style à l'autre sans y réfléchir. Ces deux mondes se nourrissent l'un de l'autre, et j'aimerais que mes improvisations jazz soient aussi construites que des œuvres classiques, et que mes interprétations classiques soient aussi spontanées et naturelles que des improvisations !

Vous avez composé une pièce spécialement pour l’occasion. Pouvez-vous nous en dire deux mots ?
Thomas Enhco : C'est la première fois que je compose pour chœur. Nous avons choisi le poème de Ronsard "Mignonne, allons voir si la rose…", qui est un petit bijou, dont les phrases chantent toutes seules. Il y a des passages où le chœur est contrapuntique et où le piano accompagne simplement, et d'autres où le piano improvise sur une partie d'accompagnement écrite pour le chœur, de telle sorte que la pièce sera un peu différente à chaque interprétation !

> Retour aux actus

Suivez-nous !
Inscrivez-vous à la newsletter !
  • Spirito
  • 21, rue d'Algérie - 69001 Lyon
  • 04 72 98 25 30