CE QUE DIT LA VOIX

La voix porte des mots, mais aussi des mélodies, parfois même des diphonies. Elle est "nôtre" parce que émanant de notre corps unique.
Son timbre est généralement reconnaissable et s'inscrit dans la mémoire de ceux qui  la connaissent. Elle crée donc un lien durable entre les êtres.
Elle permet de porter à l'extérieur de soi l'énergie de ce que nous comprenons du monde qui nous entoure pour nourrir l'échange, le dialogue. Elle traduit notre savoir, notre savoir-faire, notre savoir-être.
Elle est un pont vers l'autre et a le pouvoir de créer l'empathie ou l'antipathie par ce qu'elle dit, mais tout autant par son timbre, sa puissance, sa tessiture.

La voix parle, crie, chuchote, murmure et... chante. Ce n'est pas là sa moindre vertu car le chant est un acte subtil, synthétique. Il fait appel simultanément à notre mobilisation physique, mentale et sensible. Il est profondément humain. Lorsqu'il est collectif, il est le fruit de la convergence entre les individus qui mettent en commun leurs spécificités individuelles créant un corps sonore et social qui se souhaite "harmonieux".

Le caractère émotionnel du chant puise à la source du capital sensible personnel de celui qui le porte, ce dernier pouvant agir intuitivement ou par une interprétation réfléchie et/ou informée. Dans les deux cas, l'expression sera vécue par l'auditeur comme spontanée et donc reçue sans nécessité d'acquis antérieur. La force du moment présent, née du rapport entre le chant et le silence suffit à "toucher" celui qui se dispose à écouter.

"Le spontané est le fruit d'une conquête".
Cette proposition de Paul Valéry pour tout geste de la vie est de nature à interroger aussi l'action artistique.
Le chant, pour peu qu'il s'absente plus ou moins longtemps de notre vie, étant rendu impossible par les circonstances humaines ou matérielles s'avère être vécu comme un besoin fondamental.
La prison est un lieu propice au "non chant". L'aventure qui nous a conduit à rassembler une équipe d'artistes pour aller à la rencontre de femmes et d'hommes en situation d'incarcération a révélé à quel point l'expression sincère et authentique des sentiments ne pouvaient en ce lieu trouver le moindre espace. Bannie et illégitime est la voix qui dit ce que ressent la personne détenue, celle-ci ayant fauté et ne pouvant plus prétendre au droit de rendre lisible ce qui est sensible, voire bon et généreux en elle.

"Chaque jour nous ramène à notre faute"
Un détenu[1]

La redécouverte par les détenus du chant enfoui au plus profond de leur mémoire par le mutisme imposé des lieux  (nourri de culpabilité, de prudence et de crainte) fut génératrice de moments d'une densité rare. Pour les musiciens en présence (compositeur, chanteurs, chef de chœur), s'affirma avec puissance et émotion la conscience renouvelée de la valeur hautement humaine de la voix, du chant, de la musique et globalement de l'art pour l'individu et la société.
Le chant est "désir de beauté". Puisse-t-il être donné à ceux pour qui il n'est pas encore "spontané".

 

Nicole Corti
Directrice artistique de Spirito

 

 

 

   
   
   

 

[1] Extrait du film Revenants de Julien Sallé (coproduction Spirito, The Kingdom, Festival ombres et Lumières)

Suivez-nous !
Inscrivez-vous à la newsletter !
  • Spirito
  • 21, rue d'Algérie - 69001 Lyon
  • 04 72 98 25 30