Background Image

Dans mon beau jardin… il y a un arbre

« Deux chanteuses, une violoncelliste et un percussionniste joueront de leur talent musical et théâtral pour donner vie à un spectacle qui se veut nourrissant, étonnant et poétique. »

Pour que l’oreille se tende et que l’oeil s’écarquille, cette petite suite de pièces vocales et/ou instrumentales contrastées ira chercher du côté des personnages de l’imaginaire enfantin. 

Les animaux, la nature et le jeu habiteront parfois une comptine, parfois une pièce récemment composée par Bertrand Plé. Six miniatures serviront de passerelles prolongeant ou anticipant les oeuvres comme des échappées dans l’écriture contemporaine. En forme de ritournelle, un chant traditionnel Dans mon beau jardin… Deux chanteuses, une violoncelliste et un percussionniste joueront de leur talent musical et théâtral pour donner vie à un spectacle qui se veut nourrissant, étonnant et poétique.

 

 


L’oeuvre de Bertrand Plé vu par :
Joël Clerget
Psychanaliste, enseignant et écrivain 


Composition

« … allons sur la plage 
porter d’autres messages » 
Machaon mon faon 
Marie-Léontine Tsibinda 

Bertrand Plé est un compositeur au sens le plus strict du terme. Compositus signifie mis ensemble. La chaîne complète de son geste musical inclut d’emblée une rencontre avec les instrumentistes ou les chanteurs mis en place de destinataires opérant. Ce travail artisanal d’assemblage engage des partenaires, « forces actives du processus de création », dans leur singularité même. Son acte musical s’accomplit dans des mouvements incessants de formes se formant, ce qui n’exclut pas de possibles discordances. 

Sa pratique d’ensembles homogènes s’entretient de leurre, d’illusion sonore à l’instar de l’anamorphose ou de la diffraction, de trompe-oreille. Dans un quatuor d’altos ou un ensemble pour saxophones (Zug um Zug, Pas à pas, 2021), chaque interprète discerne le son de chaque autre, comme les rapports de couleur ou de lignes interagissent dans les monochromes de Soulages ou les lithogravures d’Escher. Sensible à la virtuosité collective, Bertrand Plé cultive un artisanat de l’écriture où chaque musicien prend place, jouant en relation avec les autres. Ainsi, le même s’unit sur les instruments « jusqu’à la moelle ». Moult potentialités se réalisent, avec très peu de hiérarchisation, dans une polyphonie à voix égales. 

Un large espace d’explorations innovantes puise sa source dans des musiques d’ailleurs pour lesquelles la participation du corps en mouvement est explicite et décisive. La matière initiale s’accorde à un agencement. Le geste littéraire d’un auteur permet une correspondance de texte et de musique, comme dans Machaon mon faon (2020). Le texte alors envoie des lettres aux notes. Celles-ci en répondent musicalement. Une superposition ou une juxtaposition caractérise l’oeuvre du compositeur. Sa recherche de nouveaux matériaux sonores se combine à des techniques polyphoniques ou instrumentales complexes, comme on les retrouve dans Noctambules (2019, textes de Jean Richepin) ou dans Thödol (2016) par exemple. 

Une imprévisibilité met en abyme l’acte par lequel le temps de l’audition se superpose au temps de l’écriture. Cette intersection de mondes s’entretient d’une harmonisation, l’harmonia grecque étant assemblage, proportion juste, accord, et d’une articulation du langage musical de Bertrand Plé à la part expressive de l’interprète. La dimension de la limite et du seuil se conjugue à une trajectoire, trajet d’existence, avancée au flux permanent de la vie elle-même, avec l’imprédictible et l’inattendu rencontrés sur notre chemin. Ici, la limite, comme le souligne Heidegger, dans « Bâtir, habiter, penser », n’est pas le point où quelque chose cesse, mais « ce à partir de quoi quelque chose commence à être » (Essais et conférences, Gallimard, 1978, p. 183). 

Passerellaires a forme de suite. Une ritournelle à l’intérieur du morceau se faufile un passage entre les chansons et la musique contemporaine. Chaque pièce, autonome, prend ainsi place dans le reste du programme. Parcellaire, elle peut être jouée de façon continue, comme passerelles qui s’enchaînent. Telle en est La contrainte. Et la beauté. 

Programme

OEuvres récentes écrites pour les enfants
Isabelle Aboulker (1938) Le nom des arbres 
Gérard Garcin (1947) Bulle de vent 
Michel Musseau (1948) Chant du lever du jour 
Robert Pascal (1952) Le papillon du Japon 
Jean-Christophe Rosaz (1961) La petite fille qui vit la nuit 
Chants populaires
Dans mon beau jardin, il y a un arbre (Harmonisation : Henri-Charles Bonnet) 
Vent frais, vent du matin 
J’ai descendu dans mon jardin (Harmonisation : Henri-Charles Bonnet) 
Au chant de l’Alouette (Arrangement par François-Hugues Leclair) 
Comptines
Arri arri chivalet 
Balalin, balalan 
Anne Sylvestre (1934-2020) Tousse, tousse si le renard 
Commande d’une oeuvre
Bertrand Plé (1986) Passerellaires
Aide à l’écriture d’une oeuvre musicale originale du ministère de la Culture

Distribution

Spirito
Soprano Alice Duport-Percier ou Claire Pigeot
Alto Caroline Gesret Violoncelle Sacha Dessandier-Volkoff
Percussions Claudio Bettinelli ou Roméo Monteiro
Antonella Amirante Mise en scène
Alex Costantino Costumes
Jean-Paul Espinosa Conception de l’arbre
Pierre Nicolas Rauzy ou Agnès Envain Régie générale
Nicole Corti Direction artistique

En collaboration avec Mômeludies Éditions
Avec le soutien de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon
Coproduction : La Machinerie-Théâtre de Vénissieux (69) / La Rampe-La Ponatière Échirolles (38) / Musiques Démesurées, Clermont-Ferrand (63)
Avec le soutien d’imagO pôle de création musicale
Avec le soutien du FCM et de la SACEM

Réservation à effectuer auprès du musée.

Horaires
dimanche 12 mars 2023 - 14h30
Lyon (69)
Musée d’art contemporain de Lyon
samedi 12 mars 2022 - 4h00
Lyon (69)
Musée d’art contemporain de Lyon
mardi 4 avril 2023 - 15h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
mardi 4 avril 2023 - 17h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
mercredi 5 avril 2023 - 9h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
mercredi 5 avril 2023 - 11h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
mercredi 5 avril 2023 - 16h00
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
jeudi 6 avril 2023 - 9h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
jeudi 6 avril 2023 - 11h00
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes
jeudi 6 avril 2023 - 15h30
Cournon-d’Auvergne (63)
Festival Puy-de-Mômes